BOOKLESS EDITIONS

Maison d'Edition en ligne

  •  
  •  
  •  
  •  

Chris LED     NOUVELLES

Balles et Masques

Le trottoir était encore mouillé. La pluie allait revenir en bourrasques désagréables, Joan en était certaine. Elle ne savait pas si c'était le froid, mais elle grelottait. Elle pressa le pas. Arrivée devant la grille de fer forgé ornée de masques de carnaval, elle se figea. Elle parvint à extraire de sa poche humide une feuille de papier qu'elle déplia délicatement. Quand elle eut terminé  la lecture du message, elle commença à comprendre.

 

L'inconnue dans l'ascenseur

Le taxi était déjà passé devant l'immeuble mais il ne s'était pas arrêté. Il avait fait le tour de la place occupée par un manège forain et il approchait à nouveau en roulant lentement, comme s'il était en maraude.

Il stoppa devant l'entrée sombre. Rien ne bougea pendant un très long moment puis la portière arrière droite s'ouvrit violemment mais personne ne descendit.

Au troisième étage, une fenêtre s'éclaira. On entendit de la musique, quelques notes de jazz. C'était un samedi d'avril. Entre chien et loup.

 

Coup de tête

Aujourd'hui, Martin vit seul dans un petit studio meublé situé à l'étage d'un salon de coiffure.

L'espace exigu devrait le contraindre à un minimum de discipline pour pouvoir circuler librement au cœur de la pièce, mais il n'est pas rare qu'il trébuche sur un carton à demi éventré contenant tout et rien ou qu'il envoie balader une chaussure de sport sous la table basse à défaut de regarder où il peut mettre les pieds.

En clair, ce n'est pas un adepte du rangement ; d'ailleurs, la chaussure a peu de chance de migrer avant sa prochaine utilisation. Tout cela ne l'empêche pas de marmonner : " C'est le Bronx ici ! ", formule selon toute vraisemblance magique puisqu'à peine prononcée, il n'éprouve plus le besoin d'y mettre de l'ordre à son Bronx.

 Le choix d'Erwin

Le geste ne semblait pas assuré. On percevait une certaine hésitation dans la façon de poser le pied sur cet espace extrêmement étroit, à l'aplomb du vide. Bien que conscient des risques qu'il encourait, l'enfant paraissait déterminé à franchir cet obstacle ; c'était pour lui une question de survie. À chaque nouveau pas, il sentait ses chevilles chanceler avant de trouver l'appui au sol qui lui permettrait d'avancer l'autre jambe avec un minimum d'assurance. Il lui fallait coûte que coûte atteindre la plate-forme située à une vingtaine de mètres tout au plus, à partir de laquelle il se considérerait sauf.

Vous êtes ici : Accueil Ça commence comme ça Balles et masques, L'inconnue dans l'ascenseur, Coup de tête, Le choix d'Erwin