BOOKLESS EDITIONS

Maison d'Edition en ligne

  •  
  •  
  •  
  •  

Claire ABADIE

Une excursion dans le métro

Encore une journée monotone de travail, pensa Nathalie face aux indicateurs du temps d’attente dans le métro. Plus que trois minutes avant le prochain train. Lorsque sa patronne lui avait reproché son retard systématique au travail en raison des problèmes de transport, elle s’était jurée de se lever plus tôt tous les matins. Quelques personnes autour d’elle attendaient la rame, un écouteur aux oreilles. Si sociable par nature, la jeune femme déplorait cette absence de communication entre tous les inconnus dans les wagons. Impossible de se fier aux autres. Nathalie regarda à nouveau sa montre. Sa patronne ne pourrait plus se plaindre si elle la voyait arriver une heure plus tôt.

Elle tenait à son travail de contrôleur des impôts. Elle avait bossé dur toute sa vie et maintenant qu’elle entrait dans l’âge de la trentaine, elle se sentait plus sûre de ses ambitions. La sonnerie retentit, le métro s’apprêtait à pénétrer en trombe sur les voies. Les cadrans indiquaient deux minutes et pourtant, le train s’avançait vers elle dans toute sa splendeur. Elle monta avec précaution dans le wagon. La peur de tomber subitement sur les rails et d’être écrasée par le train la tenaillait depuis que, toute petite, ses parents l’obligeaient à leur prendre la main pour monter dans cet engin. Des craintes bien puériles restées ancrées dans son esprit.

Elle s’assit sur un strapontin et tourna son regard vers le compartiment. Une seule personne, assise, se situait en face et baissait la tête.

 

La Mélancolie

 

Préambule

 

" Ô toi qui le savais "

Je voulais avoir un rêve éclatant, pourtant.

Tout le monde aurait dû m'être reconnaissant.

Ces feuilles blanches que je jette maintenant

Devraient être le fruit d'un labeur éprouvant.

 

Ô toi que j'attire à moi en ce moment-là,

Que j'ai toujours rêvé et qui m'a condamnée.

Je dépose à tes pieds tout ce que j'ai pensé

Sois indulgent, mon maître, toi en qui j'ai foi.

 

J'ai travaillé dans le noir et l'obscurité

Dans la tourmente de mon passé révolu

Pour te plaire et montrer mon talent survenu.

Je t'ai cherché partout, je n'ai pu le trouver.

 

Viens à moi pour une fois, laisse-toi tenter

Mes uniques paroles sont celles de bonté.

Ô si tu consentais, quelle félicité !

Vous êtes ici : Accueil Ça commence comme ça La mélancolie, Une excursion dans le métro